MDF48: Entretien avec Mounira Hamdi: Bien Gerer sa Reputation sur Internet

Un guide pour s’occuper de son eRéputation

Bien-gerer-sa-reputation-sur-internet-e-reputation-babkine-hamdi-moumenMounira Hamdi a co-écrit le livre « Bien gérer sa réputation sur Internet » avec Anthony Babkine et Nabila Moumen, tous diplômés de Télécom Ecole de Management. Le livre, édité par Dunod, est sorti en début du mois de novembre. Un sujet d’actualité, Bien Gérer sa Réputation est destiné à aider les individus à mieux manager leur présence en ligne.

Le livre comprend de nombreux témoignages de recruteurs et experts web 2.0 dont Didier Baichere (DRH de Alcatel), Florence Cariou (en charge de l’émergence du 2.0 au sein des RH, GDF Suez), ainsi qu’avec des copains de la toile, Franck La Pinta (responsable marketing web et RH 2.0, Société Générale), Jacques Froissant (DRH en recrutement 2.0, groupe Valtech et Altaïde),  Fadhila Brahimi (Cabinet FB-Associés) et Jean François Ruiz (Poweron).  BTW, j’y ai également contribué avec mes propres 7 règles d’or.

Mounira, Anthony et Nabila ont créé en parallèle, un site pour retrouver toute l’actualité de l’e-réputation sur www.ma-ereputation.com.

Dans cet entretien avec Mounira, nous avons parlé des bons astuces pour les individus, comment faire si l’individu est un employé d’une entreprise, des bons exemples de dirigeants en ligne en France, et des pronostiques sur le futur des nouveau réseaux sociaux, tels que Google+.

Pour joindre Mounira Hamdi:

Pour suivre le show radio Minter Dialogue:

rss button Minter Dialogue Digital MarketingVous pouvez aussi vous inscrire pour Minter Dialogue, l’émission radio téléchargeable, sur :

6 thoughts on “MDF48: Entretien avec Mounira Hamdi: Bien Gerer sa Reputation sur Internet

  1. Je suis consciente que l’e-réputation devient de plus en plus importante avec le développement des réseaux sociaux. En revanche, il faut distinguer selon moi les réseaux professionnels comme Viadeo et LinkedIn, de ceux qui ne le sont pas : Facebook et Twitter. En effet, si les RH ont pris peu à peu l’habitude de consulter la réputation internet des candidats, les informations retrouvées sur Facebook ont plutôt tendances à jouer en leur défaveur. Les réseaux à caractère professionnel ont en revanche plus d’ intérêt car ils permettent de se mettre en relation avec d’autres professionnels, ce qui est primordial dorénavant pour toute recherche d’emploi : disposer d’un réseau relationnel.

    Etant également une fan des nouveautés Google, je pense que Google+ saura me séduire, malgré le nombre de réseaux existants. Quelque chose qui continue à être inquiétant tout de même : toutes les données personnelles mises en ligne sur les réseaux sociaux et qui resteront éternellement en mémoire. Ce podcast m’a donné envie de lire ce livre pour en connaitre davantage sur le sujet.

  2. Aujourd’hui nous pouvons utiliser notre e-réputation comme un facteur clé de succès dans notre recherche d’emploi. Pour un PDG l’e-réputation, va permettre de porter sa marque, dans mon cas, en tant qu’étudiante, l’e-réputation va permettre de porter mon profil. Support que je pourrais qualifier de complémentaire à mon CV, l’e-réputation est vectrice de nos valeurs et peut être un facteur de différentiation face à d’autres candidats.

    Actuellement, nous avons tendance à associer e-réputation et réseaux sociaux. Cependant je pense que l’e-réputation se construit également autours de nos actions sur la toile. La création de blogs, de sites internet, mais également à partir de nos recherches sur les différents moteurs de recherche, mais aussi comme je suis en train de le faire à partir de la rédaction de commentaires. Comme une trace indélébile, il faut constamment maitriser nos actions sur internet, comme pour une entreprise notre e-réputation doit répondre à une stratégie de communication afin de conforter notre image.

  3. Aujourd’hui, l’essor des médias sociaux est indéniable et s’intéresser aux impacts qu’ils peuvent avoir sur notre réputation à titre personnel est très intéressant car comme le dit Mme Hamdi, cette étude n’a jamais été réellement menée auparavant.
    Je pense que les réseaux professionnels sont un réel avantage à l’embauche, d’après beaucoup de retours que j’ai pu avoir par des anciens étudiants. Néanmoins, il ne faut pas négliger le temps nécessaire à la mise à jour de ces différents profils afin de pouvoir être vue par le plus grand nombre de personnes et surtout de faire la différence. Ces réseaux sociaux peuvent apporter un avantage à la condition que l’on s’implique réellement et que l’on créé un profil complet, révélateur de notre carrière professionnelle.

    L’arrivée de nouveaux entrants, qu’ils soient spécifiques ou non à un secteur d’activité, va engendrer une réelle concurrence et surtout un choix de la part du particulier en fonction de ses attentes. Les réseaux devront trouver de plus en plus d’idées pour attirer une large communauté. Et il faudra faire attention à ne pas y perdre le particulier, surtout en termes de facilité d’usage de l’interface.

    Enfin, même si les réseaux professionnels ont beaucoup d’atouts, d’autres tels que Facebook et Twitter peuvent porter préjudice aux employés, comme dans le cas de certaines affaires judiciaires. Il faut pouvoir se protéger contre le détournement d’informations et surtout contrôler quelle image l’on diffuse. C’est d’ailleurs l’un des conseils que Mme Hamdi a donné, celui de rechercher son nom sur un moteur de recherche et d’observer quelle réputation en découle mais surtout de mettre en place les actions adéquates pour l’améliorer.

    En d’autres termes, on ne peut passer aujourd’hui à côté de ces réseaux sociaux, réels boosters à l’embauche, mais selon moi, cela peut créer des effets pervers. Les utilisateurs oublient parfois qu’ils sont seuls maitres de leur image et réputation, et que diffuser une information sur ces plateformes, équivaut à diffuser au monde entier leurs avis par écrit tels un mail ou une lettre, pour laquelle ils ne peuvent réellement revenir en arrière. Il faut donc en prendre conscience et toujours essayer de la maitriser, comme on le souhaite.

  4. Vous avez dit e – réputation? Tout à chacun, nous faisons attention à notre réputation dans la vie quotidienne : professionnelle et personnelle. Pourtant, on peut constater que l’arrivée d’Internet a permis à certaines personnes de se libérer : photos, commentaires. Tout cela ne reste pas dans la sphère privée car on peut toujours accéder aux informations des internautes si les comptes dont facebook notamment n’ont pas été bien paramètrés.

    Ayons toujours à l’esprit qu’une simple photo prise en soirée peut détruire notre carrière. Comme l’a dit Madame Hadim les recruteurs vont faire des recherches sur Internet. Il aurait été intéressant de savoir si sur Facebook on met son vrai nom ou pas?

    A l’heure actuelle, il faut être sur les réseaux sociaux Linkedin et Viadeo pour booster sa recherche d’emploi. Il a été intéressant de savoir qu’un profil est 12 fois plus vus si on met une photo. Intégrer une communauté implique derrière la force du réseau. Mais comme tout réseau, il y a différentes strates. Il serait intéressant de savoir si c’est analysé dans le livre. Et quelles sont les clés pour progresser dans le réseau.

    L’approche est différente entre facebook et Linkedin. Mais si nous avons un collègue qui nous demande d’être amis avec lui sur facebook. Quelle doit être notre réaction? Le rajouter ou pas? Lui montrer toutes nos photos ou une partie? Toutes ces questions sont intimement liées à l’e-réputation.

    Gogo+ est un nom assez rigolo cela me fait penser à “gogo gadget”. Au moins c’est un nom que l’on n’oublie pas. Même si c’est le nom de google raccourcit, il y a un impact marketing très fort. Et le fait d’intégrer l’ensemble des sites choisis dans un seul est une formidable idée. Au lieu d’ouvrir plusieurs onglets ou fenêtres, nous aurons tout en un seul click.

    Internet et les réseaux sociaux ont changé notre vision de pensée et de communiquer entre nous. Nous ne devons pas oublier que tout se sait et se voit sur la toile donc soyons vigilants à notre e- réputation ;).

  5. Encore un nouveau mot…spécifique au développement et à l’essor croissant des réseaux sociaux sur internet.
    Un mot qui fait peur ou au contraire attire…
    Lors de l’apparition de blogs sur la toile, certains e-utilisateurs ont préféré se servir de pseudonymes, surnoms etc. pour gérer ces blogs. Ils étaient donc plutôt un moyen d’exister sur la toile sans pour autant refléter la réalité des choses. On se cachait derrière son écran. Il était possible de mentir sur sa personnalité, de publier des photos sans aucun rapport avec notre description physique… En gros , on avait peur de sa réputation sur Internet. Qui voudrait se dévoiler et faire étalage de sa vie, au risque de devenir star de la toile à son insu ??? Peu de monde… Surtout qu’à l’époque, on publiait pour publier… sans avoir de démarche réellement visionnaire.

    Puis est arrivé Facebook, celui qui a inversé la donne.
    Dans sa traîne , d’autres médias sociaux ont entamé leur expansion, à savoir Twitter, LinkedIn, Viadeo… devenus presque incontournables.
    Au début , certaines mésaventures comme le cas pour certains employés d’une entreprise qui se sont vus virés de leur boîte après avoir affirmé qu’ils étaient souffrants tandis qu’au même moment ils publiaient des photos d’eux-mêmes en train de bronzer paisiblement sur une plage, pendant que leurs collègues s’acharnaient au travail et compatissaient à la douleur endurée par leurs camarades “souffrants”. D’autres envoient par erreur des messages censés être privés (destinés à une personne) à l’ensemble de leur contact et là, c’est le drame (eh oui la maîtrise des technologies internet n’est pas donnée à tout le monde! Moi la première! ^^).

    Mais aujourd’hui, la réputation sur internet n’est plus comme qui dirait un “deuxième moi”, mais un “moi” tout court. Ce qu’on met sur internet, c’est nous, un mot, une image, une photo qui nous suivra toute notre vie…
    Avant Internet se servait de nous , et à présent c’est nous-même qui nous en servons pour nous différencier. Il s’agit d’un travail méticuleux, un travail de gestion pointilleux que celui qui n’a pas encore les armes pour le faire risque de retourner la situation à son désavantage.

    Cependant, une fois les outils bien maîtrisés, l’e-réputation est un atout certain, comme l’a dit Mounira Hamdi. En complétant son profil et sa biographie de manière soignée sur LinkedIn, Viadeo… on se fait mieux remarquer et surtout on envoie un signal fort à celui qui visite notre page.
    L’e-réputation est tout simplement un prolongement identitaire. Il n’y a (presque) plus de frontière entre identité online et identité offline…
    Bienvenue dans l’ère du numérique.

  6. Pingback: Entretien avec Mounira Hamdi: Bien Gerer sa Reputation sur Internet | Mounira Hamdi | Scoop.it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>